Nouvelles

Neuroplasticité

18 Sep.Neuroplasticité

Avez-vous déjà entendu le recommandation : « si tu réussis à maintenir une habitude 90 jours, il y a de grandes chances du maintien de cette habitude dans ton quotidien.»  Rumeur ? Concept de motivation de «coaching» ?

En réalité, il s’agit d’un principe de la neuroplasticité. Il s’agit de la faculté qui permet au cerveau de modifier sa propre structure et son fonctionnement en réaction à l’activité et à l’expérience mentales. On parle de plasticité neuronale.

D’abord, qu’est-ce qu’un neurone? Un neurone, ou cellule nerveuse, est une cellule excitable constituant l'unité fonctionnelle de base du système nerveux. Les neurones assurent la transmission d'un signal bioélectrique appelé influx nerveux. Ils ont deux propriétés physiologiques: l'excitabilité, c'est-à-dire la capacité de répondre aux stimulations et de convertir celles-ci en impulsions nerveuses, et la conductivité, c'est-à-dire la capacité de transmettre les impulsions. (1)

Le  cerveau n’est plus considéré comme le cerveau-roi. La communication est constante entre ce dernier, votre organisme et le monde extérieur et ce, par la voie de vos neurones. Par exemple, votre intestin contient une multitude de neurones, pas moins de cent millions!  Comme chantaient les sept nains de Blanche-Neige «quand l’appétit va tout va», et avec tant de connexions neurologiques, le cerveau n’a pas été enchanté en succombant à la pomme empoisonnée. La sorcière avait peut-être déjà la première recette de Monsanto et de son Roundup pour obtenir une belle pomme rouge et parfaite!...

Du côté fonctionnel, le cerveau est donc toujours relié au reste de l’organisme et, par l’intermédiaire des sens, au monde extérieur.

Eric Kandel, prix Nobel de physiologie en 2000, est le chercheur à l’origine de la découverte que le nombre de connexions entre les neurones augmentent au cours du processus d’apprentissage. Il a aussi prouvé que l’apprentissage peut «éveiller» des gènes capables de modifier la structure neuronale.

Notre génétique n’est donc pas une entité statique. On parle d’ailleurs maintenant de gènes de prédisposition. Vos habitudes de vie éveilleront certains gènes ou les inhiberont.

Les nouvelles connaissances du dernier siècle prouvent plus que jamais que votre santé est entre vos mains. Merci à votre système nerveux! Prenez-en soin!

Alors finalement, qu’en est-il de la véracité à répéter une habitude pendant 90 jours pour s’assurer d’un meilleur encrage? Et bien, je ne sais pas si 89 ou 91 jours feront la différence, mais chose certaine, les répétitions prolongées d’une activité reliant plusieurs neurones, accélèrent et intensifient les signaux émis par ces derniers. L’efficacité neuronale s’en voit augmentée et votre capacité à réaliser la tâche en question. Il s’agit d’une loi fondamentale de la neuroplasticité, les neurones qui s’activent ensemble se connectent ensemble.

En pratique, chaque fois que vous apprenez quelque chose de nouveau, plusieurs groupes de neurones se connectent les uns aux autres. L’inverse est également vrai. À partir du moment où vous cessez de pratiquer une activité sur une assez longue période, les connexions s’affaiblissent, et un grand nombre d’entre elles finissent par disparaître.

Il s’agit là d’un exemple d’une loi plus générale de la plasticité selon laquelle «ce qui n’est pas utilisé s’efface».(2)

Cela vous motive-t-il à maintenir vos bonnes habitudes de vie? Répétez-les pour les intégrer et persistez !! Votre corps s’en souviendra.

Et comme disait Aristote : «Nous sommes ce que nous faisons à répétition». Il ne pouvait pas mieux dire!

 

Rédigé par Dre Dominique Dufour, chiropraticienne, D.C.

 

Références: